Horaires


Mairie
Place Raymond Locatelli
F-57330 Volmerange-les-Mines
Tél.: +33 (0) 3 82 50 61 07
Fax: +33 (0) 3 82 50 27 64
mairie@volmerangelesmines.com


Lundi - Jeudi - Vendredi :
8h00 -12h00 et 15h00 - 17h00

Mardi :
8h00 - 12h00

Mercredi :
8h00 - 12h00 et 14h00 - 18h00

Permanence Urbanisme :
(uniquement sur rendez-vous)
Tous les mardis :
8h00 - 12h00 et 14h00 - 17h00


M. le Maire reçoit sur r.d.v.:
Du Lundi au Vendredi

après 17h30
Le Samedi
9h00 - 12h00

Sobriquets

L‘usage du sobriquet est toujours en vigueur parmi les jeunes. Il est une manière de se moquer de quelqu’un… ou de lui manifester son affection.

Autrefois, au temps où l’on parlait encore le “platt”, c’était un peu différent. Les gens se connaissaient tous et ne s’appelaient jamais par leur nom de famille. Ils utilisaient toujours le prénom. C’était la coutume. Et comme il n’y avait pas 36 prénoms différents, puisqu’on donnait (aux garçons du moins) presque toujours celui du père ou du parrain, on était obligé de trouver des stratagèmes pour différencier les gens.

Parmi les prénoms les plus courants il y avait :

  • Jean (jang) qui donnait jängi, jeanchen, jeanli
  • Pierre qui faisait Péit, Pier, Péitchen ou Pierchen.
  • Mais Louis restait Louis, avec l’accent sur le “Lou”.

Le diminutif “chen” était réservé aux enfants, mais appliqué à un prénom féminin. Il flattait une femme.
Les filles s’appelaient Marie (Maï), Margueritte (Gréit, Gréitchen) ou Catherine (Kätt, Kättchen, Kätti).

Avec tout ça, il y avait de quoi confondre les personnes, alors on désignait les gens par des sobriquets.
En général, ce surnom était lié à l’endroit où la personne vivait ou avait vécu, à une famille ancienne, à une particularité physique ou vestimentaire, à un défaut aussi. Pour compliquer les choses, le sobriquet pouvait se passer de père en fils, à la fin, on ne savait plus vraiment ce qu’il signifiait à l’origine. Il pouvait aussi être attaché à une maison et désigner successivement les familles qui l’habitaient.

Ainsi le “Schwärze Balthes” est un Balthazar qui habite le “Schwäärzelach”, qu’on ne pouvait confondre avec le “Kaapesch Balthes” qui portait toujours une casquette (Kaap).
A titre indicatif, en 1931, sur 887 personnes de nationalité française, les prénoms les plus courants étaient Marie (106), Jean (77), Catherine (53), Nicolas (41), Marguerite (40), Jean-Baptiste (36), Pierre (35), Madeleine (33), Jean-Pierre (32), Michel (30), Joseph (29), Anne (23), Louis (21), Mathias et Henri (20).
55% des personnes se partageaient donc les 10 premiers prénoms de cette liste.

Abonnez-vous à notre Lettre Infos

Visibilité
Infos et Événements